Concert en Partenariat : Arsenal – Fondation Jeunes Talents

 

L’ Album « Sérénade » du Duo Raphaël Jouan-Flore Merlin qui vient de paraître a été récompensé de »5Diapason » et « 5 Etoiles-Classica ».

Raphaël Jouan et Flore Merlin se produisent régulièrement ensemble depuis 2015. Tous deux issus du conservatoire de Boulogne Billancourt puis du Conservatoire National Supérieur de Paris et unis par une complicité musicale très forte, ils décident de profiter ensemble du magnifique répertoire pour violoncelle et piano.

Ils se sont produits à Paris, Bagneux, Metz, Munich, Clermont-Ferrand, Colmar, et dans le cadre du Classic Metz’ival. En 2018, ils interprètent la sonate de Louis Vierne en direct de l’émission Générations France Musique. En Mars 2020 paraît leur premier album, « Sérénade » (label Initiale), autour d’œuvres de Debussy, Vierne, Fauré et Nadia Boulanger.

Biographie Flore Merlin :

Curieuse et enthousiaste, Flore Merlin a le goût de l’exploration du répertoire et du partage de la scène. Chambriste passionnée, elle est membre du trio Nuori et collabore régulièrement avec le violoncelliste Raphaël Jouan, le clarinettiste Lionel Andrey, le Damask Vocal Quartet, la pianiste Anne Le Bozec, la mezzo-soprano Marine Fribourg ainsi que de nombreux autres musiciens reconnus. Elle s’attache à faire connaître à des publics variés les œuvres de compositeurs et compositrices méconnus. Son intérêt pour les questions de notation et d’interprétation musicale a nourri sa pratique du pianoforte.

Diplômée des conservatoires de Paris, Helsinki et Bruxelles en piano, pianoforte, accompagnement vocal et direction de chant, elle a étudié avec de nombreux artistes influents, dont Hortense Cartier- Bresson, Alain Planès, Tuija Hakkila, Boyan Vodenitcharov et Anne Le Bozec.

Biographie Raphaël Jouan :

Partager et transmettre le plaisir de la musique résument les motivations du jeune violoncelliste Raphaël Jouan, Révélation Classique de l’Adami 2018. Passionné de musique de chambre, il se produit dans des salles prestigieuses (Philharmonie de Paris, Arsenal de Metz, Wigmore Hall…), sur les ondes de France Musique et dans le cadre de festivals renommés (Les Folles Journées de Nantes, Varsovie et Tokyo, le Festival Pablo Casals, la Roque d’Anthéron…). En 2014, il fonde le Trio Hélios, lauréat de nombreux concours internationaux (Lyon, Joachim, Trondheim…) et diplômé du CNSM de Paris. Il se produit également régulièrement en duo avec la pianiste Flore Merlin, et en 2020 paraît leur album « Sérénade ».

Raphaël a suivi les cursus du conservatoire de Metz avec Jean Adolphe puis de Boulogne Billancourt et s’est ensuite perfectionné au CNSM de Paris dans la classe de Michel Strauss (master puis Diplôme d’artiste Interprète). En 2018 il est sélectionné par Gautier Capuçon pour sa Classe d’Excellence de Violoncelle à la Fondation Louis Vuitton, et il étudie également depuis 2019 à la « School of Excellence » de Bâle avec Danjulo Ishizaka.

 

Raphaël Jouan – Flore Merlin

https://www.raphaeljouan.com/duo-zoltan
https://www.floremerlin.net


Jeudi 30 septembre 2021 à 20h Metz Arsenal
Salle de l’Esplanade

Location Billetterie Arsenal : Tél. 03.87.74.16.16


Programme :

J. Brahms : Sonate pour violoncelle et piano n°1 en mi mineur op. 38
1. Allegro non troppo
2. Allegretto quasi minuetto
3. Allegro

C. Debussy : Sonate pour violoncelle et piano
1. Prologue
2. Sérénade
3. Finale

D. Chostakovitch : Sonate pour violoncelle et piano en ré mineur op. 40
1. Allegro non troppo
2. Allegro

3. Largo
4. Allegro


Pour ce véritable carnet de voyage du répertoire pour violoncelle et piano, nous débutons avec une des plus célèbres sonates de Johannes Brahms, composée dans les années 1860 : la Sonate en mi mineur qui fut surnommée « sonate pastorale ».

Elle a pour particularité de ne pas avoir de mouvement lent, et est également sur bien des points un hommage au maître spirituel de Brahms : J.S. Bach. Ainsi, le thème du premier mouvement ainsi que de la fugue finale sont basés sur des contrepoints de l’Art de la Fugue.

Vient ensuite la Sonate de Claude Debussy, au centre de l’album Sérénade que Raphaël Jouan et Flore Merlin ont sortis cette année.

Dans ce chef d’œuvre d’inventivité, le compositeur utilise toute la palette sonore du violoncelle en usant d’une importante variété de modes de jeu, au service d’une imagination aux inspirations très hispanisantes. Le Prologue débute dans le style majestueux d’une ouverture à la française, y ajoutant des arabesques presque improvisées, avant de s’orienter vers une mélodie tendrement plaintive et très imagée.

La Sérénade centrale est au contraire plus taquine, portant des indications comme fantasque ou ironique, le rythme de habanera et des motifs en pizzicato évoquant encore l’Espagne et le charme d’une mandoline.

Le Finale alterne des sections rapides dansantes avec des passages rubato plus mélancoliques, avant de conclure avec éclat en réutilisant l’élément thématique fier du Prologue.

Enfin, la Sonate op. 40 de Dimitri Chostakovitch fut composée lors d’une période particulière pour le compositeur : il était alors séparé avec son épouse à la suite d’une aventure avec une jeune étudiante.

La structure classique de ses quatre mouvements ménage des espaces tant pour le lyrisme que pour la virtuosité endiablée et l’on retrouve de nombreuses caractéristiques d’écriture que Chostakovitch continuera à développer tout au long de son Œuvre, tels que les ostinatos rythmiques du 2ème mouvement, la virtuosité du final, ou encore les lents thèmes dissonants du Largo, lamentation jouée avec sourdine comme pour étouffer les plaintes d’un peuple opprimé.